Une plaque à la mémoire de Brice Taton à Belgrade

Un an jour pour jour après l’agression qui a couté la vie au supporter toulousain Brice Taton, une plaque commémorative a été découverte aujourd’hui à Belgrade à l’endroit du drame, par le maire de la ville Dragan Djilas, et l’ambassadeur de France en Serbie, Jean-François Terral.

Sur la plaque est inscrit, en serbe et en français:

A la mémoire de Brice TATON
Il aimait la fraternité du sport.
Victime innocente d’une violence aveugle le 17/09/2009.
Mort le 29/09/2009.

plaque en souvenir de Brice Taton (Fonet)

A l’origine de cette initiative, une alliance composée de plusieurs ONG et jeunes des partis politiques pro-européens actifs en Serbie, nommée « Coalition de la Jeunesse Contre la Violence » ( » Youth coalition against violence  » –  » Koalicija Mladih Protiv Nasilja « ).
La coalition a sa page sur Facebook ainsi qu’un blog, où elle annonce ses actions.
Dirigée par Dusan Zlokolica et formée après le 17 septembre 2009, cette coalition a organisé à l’époque la marche « Stop à la violence » (« Stop nasilju ») à Belgrade à la mémoire de Brice. L’Ambassade de France a également soutenu cette coalition et toutes ses actions.
La Mairie de Belgrade a pour sa part pris en charge le financement de la plaque commémorative. Rappelons que le Maire de Belgrade, M. Dragan Djilas, a été très touché par la mort de Brice Taton, qu’il est allé voir à l’hôpital à plusieurs reprises. »Cette plaque est une façon symbolique de rendre hommage à Brice, à l’endroit même où on l’a sauvagement agressé » a-t-il déclaré.

Au cours de la cérémonie, M. Terral a lu une lettre écrite par les parents de Brice Taton, dans laquelle ils exprimaient leur profonde gratitude à l’égard de tous les Belgradois qui se sont mobilisés pour Brice et contre la violence.

M. Terral s’est déclaré « ému par le soutien » du peuple serbe, « en particulier des jeunes qui nous ont manifesté avec force leur amitié et leur solidarité ».

M. Terral, à gauche, a remercié les Belgradois au nom des parents de Brice Taton (BETA)

L’inauguration de la plaque a été suivie par un nombre important de journalistes et plusieurs citoyens de Belgrade venus rendre hommage au supporteur français.

Rappelons que le procès des assassins présumés de Brice Taton se poursuit toujours. Quatorze accusés et deux personnes en fuite doivent faire face à une accusation de meurtre aggravé et risquent entre 30 et 40 de prison.

Toutefois, la session qui devait avoir lieu au tout début du mois de septembre a été repoussée à début novembre en raison de l’absence de témoins importants, à la grande colère et stupéfaction des parents de Brice Taton, qui avaient fait le déplacement. Selon l’avocat serbe de la famille Taton, ce report pourrait cependant ne pas retarder le verdict, prévu pour la fin de l’année.

Retrouvez le site de l’association Brice Taton

Publicités

Football: Radomir Antic viré, Petrovic nouveau sélectionneur!

On le sentait venir depuis quelques jours, et notamment après le match nul concédé par les Serbes à domicile contre la Slovénie, Radomir Antić, vient d’être démis de ses fonctions par la Fédération serbe de football, selon le site d’information Blic sport.

Qui pour succéder à Radomir Antic?

Suspendu de banc de touche pour quatre matches par la FIFA après avoir insulté l’arbitre du dernier Serbie-Australie en Coupe du monde, Antić avait déjà dû accepter de revoir sérieusement à la baisse ses imposants émoluments (1,5 million d’euros par an) pour rester à la tête de la sélection serbe, soutenu par ses joueurs.

Mais en coulisse, le président de la fédération, Tomislav Karadzic, n’a jamais caché sa relation difficile avec l’ancien coach du Barça et du Real. Ces derniers jours, plusieurs personnes se sont ouvertement montrées intéressées par le poste de sélectionneur.

Pour lui succéder, c’est bel et bien le favori déclaré Vladimir Petrović Pižon qui a obtenu le confiance du comité exécutif. Pour lui succéder, c’est bel et bien le favori déclaré, Vladimir Petrović Pižon, qui a obtenu le confiance du comité exécutif. Nommé à la tête du club roumain de Timisoara cet été en provenance de l’Étoile Rouge de Belgrade, Petrović ne sera donc pas resté longtemps en Roumanie. Le club a officialisé le départ de son coach serbe en fin d’après-midi, annonçant que l’ancien joueur Cosmin Contra prendrait la relève.

Moins connu qu’Antic, Petrović a évolué en France à Brest et Nancy dans les années 80. Il est toutefois l’une des six « zvezdina zvezda« , c’est-à-dire l’une des six légendes de l’Etoile Rouge de Belgrade, avec notamment Dragan Stojković.

Dans sa carrière d’entraîneur, il a exercé à l’Etoile Rouge de Belgrade à deux reprises, puis en Chine, à Dalian Shide, avant de prendre en main la sélection chinoise entre 2007 et 2008.

Vladimir Petrovic Pizon est le nouveau sélectionneur de la Serbie

Ancien entraîneur des espoirs serbo-monténégrins entre 2002 et 2004, Petrović  confirme par sa nomination la priorité accordée désormais par la fédération serbe aux techniciens nationaux pour mener la sélection après le fiasco de Javier Clemente.

Toutefois, à l’instar de Safet Susić, joueur génial à la carrière d’entraîneur plus chaotique, difficile de dire que Petrović est aujourd’hui un entraîneur confirmé qui fera mieux qu’Antic, un coach très respecté, qui avait remis la Serbie sur de bons rails depuis 2008.

Pour son premier match, Petrović devra aller défier l’Italie à Gènes le mois prochain, un match déjà décisif en vue de la qualification directe à l’Euro 2012.

Euro 2012: très bons débuts pour les sélections balkaniques

Après un Mondial globalement décevant pour les sélections des Balkans, tout le monde est revenu sur le terrain ce vendredi soir pour la première journée des qualifications pour l’Euro 2012 en Pologne et Ukraine.

Avec seulement 14 tickets , la course au précieux sésame s’annonce plus serrée que jamais avant le passage à 24 en 2016. On peut donc se réjouir du bon départ pris par la plupart des sélections balkaniques, avec de belles victoires et et de bons résultats à l’extérieur.

Avec le sorcier Hiddink à leur tête, les Turcs avaient à cœur de repartir de l’avant, après s’être fait souffler la place de barragiste par la Bosnie. C’est chose faite dans un premier match relativement facile au Kazakhstan, avec une victoire 3-0 à la clé, une différence de but appréciable qui leur permet de devancer l’Allemagne, qui a battu la Belgique, au soir de la première journée.

Dans le Groupe B, la bonne performance du soir est à mettre au crédit de la Macédoine de Goran Pandev qui est allée chercher un bon match nul et vierge en Slovaquie, bonne surprise du dernier Mondial. Dans un groupe où la Russie et l’Irlande font figure de favoris, les Macédoniens ont peu de chance d’aller au bout, mais leurs progrès sont constants.

Dans le Groupe C, les Serbes, attendus au tournant après leur Mondial décevant, et sans Radomir Antic suspendu, ont plié leur match rapidement aux Iles Féroé avec deux buts dans les 20 premières minutes par Lazovic et le capitaine Dejan Stankovic. Nikola Zigic a clôt la marque en fin de match. La Serbie prend donc la tête de son groupe devant l’Italie, difficile vainqueur de l’Estonie à Talinn. En revanche, grosse contre-performance de la Slovénie dans ce groupe, puisque les hommes de Matjaz Kek se sont inclinés sur leur terrain 1-0 contre l’Irlande du Nord, la toute première défaite des Slovènes sur leur terrain de Maribor.

Pjanic attend de pied ferme les Français pour un match déjà décisif (Reuters)

Dans le Groupe D, celui de la France, la Bosnie-Herzégovine s’est clairement posée en favorite du groupe, en s’imposant avec autorité au Luxembourg 3-0, score acquis au bout de 17 minutes avec des buts d’Ibricic, Pjanic sur coup-franc, et Dzeko. Profitant de la défaite française à domicile contre une Biélorussie plus joueuse que certains l’attendaient, la Bosnie pourrait compter 6 points contre 0 à la France en cas de victoire mardi prochain, autant dire un écart très intéressant déjà en vue de la qualification. Dans l’autre match balkanique du groupe, la Roumanie a été tenue en échec par l’Albanie, ce qui confirme les tendances à la baisse du football roumain aperçu lors des derniers éliminatoires, et le rattrapage progressif des Albanais qui ont arraché l’égalisation dans les dernières secondes par Muzaka.

Dans le Groupe F, la Croatie se remet petit à petit de sa terrible désillusion du printemps dernier, et c’est la Lettonie qui en fait les frais, séchée sur son terrain 3-0, décidément le score de la soirée. Les gâchettes croates Olic et Petric y sont allées de leur but, tandis que Srna a conclu la marque en seconde période. Un résultat positif pour les Croates dans un groupe facile où seule la Grèce semble être en mesure de la gêner pour la qualification, à condition de faire bien mieux que le piteux match nul concédé à domicile face à la Géorgie, sauvé par Spiropoulos.

Pour finir, il faut saluer la belle victoire du Monténégro à domicile contre le Pays de Galles, grâce à un but de la star de la Roma Mirko Vucinic, tandis que dans l’autre match du groupe, la Bulgarie continue de s’enfoncer, avec cette correction reçue en Angleterre 4-0 avec un triplé de Jermaine Defoe, de quoi regretter encore davantage la retraite sportive de Dimitar Berbatov.

Mondial de basket: grosse présence balkanique et espoirs de médailles en Turquie

Samedi 28 août s’ouvrent les championnats du monde de basketball en Turquie. Souvent snobée par la NBA pour son manque d’attractivité, cette édition ne fait pas exception,et la liste des absents est pour le moins impressionnante, dans toutes les délégations.

Nowitzki et Kaman pour l’Allemagne, Gasol et Calderon pour l’Espagne championne du monde en titre, Kirilenko et Holden pour la Russie, Parker et Noah pour la France, Ilgauskas, Petravicius et Siskauskas pour la Lituanie, Ginobili pour l’Argentine, sans oublier Jao Ming pour la Chine, ainsi que tous les champions olympiques 2008 américains. N’en jetez plus!

Dès lors, difficile de dégager un favori naturel dans ce contexte, toutes les équipes avancent masquées, et beaucoup de sélections ont des raisons d’être optimistes, en particulier dans la région balkanique, très bien représentée avec la Serbie, la Croatie, la Slovénie, la Grèce et la Turquie, pays hôte.

Cette dernière devrait voir sa motivation démultipliée par le fait de jouer à domicile. Emmenée par ses deux joyaux Hidayet Turkoglu et Esan Ilyasova, les Turcs, 18e au classement FIBA, attendent et préparent ce rendez-vous depuis 2004. Toute leur stratégie a été conçue pour avoir une équipe au top en 2010, depuis le choix du coach, le Serbe Bogdan Tanjevic, jusqu’aux équipes qui ont joué les Eurobasket de 2005, 2007 et 2009.

Turkoglü devra guider son équipe, soutenu par tout un peuple

Si elle apparaît affaiblie par l’absence d’ailiers shooteurs de haut niveau, et par l’absence de Mehmet Okur de Utah Jazz, de Kerem Gönlüm suspendu pour dopage, et de l’étoile montante Ömer Aşık, cette équipe de Turquie pourra compter sur son public chaud bouillant pour la pousser à se surpasser, comme en 2001, lors de sa victoire à l’Eurobasket qu’elle avait organisée à l’époque.

Il faudra répondre présent dès le 2e jour de la compétition pour affronter la Russie dans un groupe C qui compte également la Chine, Porto Rico et la Grèce.

La Grèce parlons-en justement! Voilà 4 ans que les Grecs n’ont toujours pas digéré leur défaite contre l’Espagne en finale des Mondiaux, après avoir sorti le match de leur vie en demi-finale contre les Etats-Unis de LeBron James (101-95). Voile 4 ans que Diamantidis, Schortsanitis, Spanoulis (Papaloukas n’est pas dans le groupe), rêvent de prendre leur revanche et de remporter ce titre mondial.

Pour cela, la Grèce, où le basket est le sport roi avec le football, peut compter sur deux atouts majeurs. D’abord, un championnat de très haut niveau, qui lui permet de conserver ses joueurs, et de les confronter aux meilleurs basketteurs du monde, NBA exceptée. Ainsi, neuf des douze joueurs retenus évoluent soit au Panathinaikos, vainqueur de l’Euroligue 2009, soit à l’Olympiakos, finaliste 2010, une garantie de cohésion et de qualité, et d’un réservoir de joueur sans cesse renouvelé (champion d’Europe des moins de 18 ans et moins de 20 ans, vice-champions du monde des moins de 19 ans, rien qu’en 2009).

Ensuite, les Grecs s’en remettent à leur coach, l’expérimenté Lituanien Jonas Kazlauskas. Ancien coach de l’Olympiakos, Kazlauskas reste sur une très encourageante médaille de bronze obtenue à l’Euro l’année dernière, avec six joueurs inexpérimentés sur douze, et sans ses stars Papaloukas, Diamantidis et Tsartsaris. De bonne augure pour ce Mondial, où seule la victoire comptera pour la Grèce.

Le coach Jonas Kazlauskas n'a pas le droit à l'erreur cette année

Les choses sont différentes en ce qui concerne la Serbie. Vice-championne d’Europe surprise l’année dernière avec une équipe jeune et inexpérimentée, la Serbie a bien failli ne pas pouvoir participer à ce Mondial, la faute à une dette de 15.000 euros que la fédération de Serbie n’avait pas réglée à la FIBA, ce qui autorisait cette dernière à exclure les Serbes de toute compétition. Une fois la menace rendue publique, la fédération a mis les choses en ordre.

Lire la suite

Le Partizan Belgrade retrouve la Ligue des Champions!

Sept ans après sa dernière (et seule) participation à la Ligue des Champions lors de la saison 2003-2004, le Partizan Belgrade va enfin retrouver la plus prestigieuse des compétitions européennes au terme d’une double confrontation mouvementée avec le champion de Belgique Anderlecht, et d’une séance de tirs au but homérique (voir la vidéo de la séance).

Le Partizan Belgrade retrouve la Ligue des Champions (François Lenoir / Reuters)

A Belgrade, les supporters qui n’ont pas pu se rendre en Belgique ont fait la fête dans les rues une bonne partie de la nuit.

Il y a huit ans, Lothar Matthaus était sur le banc des Crnobeli, et Taribo West jouait en défense. Aujourd’hui, le Partizan est conduit par le vétéran Mladen Krstajic en défense, le jeune et très prometteur Radosav Petrovic au milieu (un temps courtisé par le Sporting et le PSG), et le Brésilien Cleo devant, un des très rares joueurs à avoir porté dans sa carrière le maillot de l’Étoile Rouge et du Partizan Belgrade (moins de 10 joueurs en 65 ans), et qui a récemment clamé son désir de jouer pour la sélection serbe.

Après un match nul 2-2 au match aller à Belgrade, grâce notamment à un très beau but contre son camp d’Anderlecht (voir la vidéo), la tâche s’annonçait compliquée pour les Serbes qui devaient marquer pour espérer se qualifier. Mais comme au match aller, le coach Aleksandar Stanojevic a de nouveau choisi de tout miser sur l’offensive en alignant pas moins de quatre joueurs offensifs, Nemanja Tomic, courtisé par la Fiorentina, Sasa Ilic, Ivica Iliev, de retour au club après six ans en Allemagne et Italie, et enfin Cleo, le serial buteur du club depuis le départ du Sénégalais Lamine Diarra dans le Golfe.

Il faut rajouter à ce quator le Portugais de poche Moreira, ancien du Standard de Liège, meneur de jeu de cette équipe, blessé lors des deux confrontations, ainsi que l’ancien grand espoir du club Stefan Babovic, de retour à seulement 23 ans après s’être perdu comme beaucoup d’autres au FC Nantes depuis trois saisons.

Au moment de débuter le match au Constant Vanden Stock Stadium, ce sont donc les Belges et son phénomène Romelu Lukaku qui étaient qualifiés.

Conscients qu’ils devaient marquer pour espérer franchir les barrages, les hommes du Partizan ont pris les commandes du match d’entrée, ouvrant le score logiquement au bout de 15 minutes. Sur un corner enroulé d’Ivica Iliev, l’attaquant brésilien Cléo ajustait magnifiquement sa tête pour tromper Silvio Proto. Les Mauves débutaient la seconde période dans de bonnes dispositions, mais c’est pourtant le Partizan qui aggravait la marque après huit minutes de jeu. Le centre d’Aleksandar Davidov, rentré à la place d’Ilic blessé en début de match, traversait toute la défense d’Anderlecht pour atterrir sur la poitrine de Cleo, qui n’avait plus qu’à contrôler et battre Proto.

Cleo envoie les siens au paradis (Thierry Roge / Reuters)

Mais les Mauves refusaient d’abdiquer, tentant le tout pour le tout avec un centre brossé de Jan Polák bien repris de la tête par Lukaku, qui réduisait la marque. Le public du stade Constant Vanden Stock finissait par exulter à la 70e minute, sur une lourde frappe de Gillet bien servi par Lucas Biglia à l’entrée de la surface.

Lire la suite

Carnet: Stjepan Bobek décédé à l’âge de 86 ans

Une légende du football yougoslave a disparu ce dimanche. D’après les informations de l’agence de presse Tanjug, Stjepan Bobek est décédé à Belgrade à l’âge de 86 ans.

Stjepan Bobek, meilleur joueur de l'histoire du Partizan Belgrade

Avec cette perte, c’est tout le football yougoslave qui se retrouve orphelin de son historique meilleur buteur. A sa mémoire, voici l’hommage que lui rend le Partizan Belgrade sur son site internet ce matin, avant, probablement un hommage des Grobari et du club ce dimanche soir, lors du match de championnat contre Hajduk (voir le lien), ainsi que le portrait que la rédaction du Courrier des Balkans lui a consacré dans son cahier sport, qui retrace les plus grandes heures du sport balkanique.

Stjepan Bobek nait à Trnja dans la banlieue de Zagreb le 3 décembre 1923. Recruté alors qu’il n’a que 12 ans par le club de Viktorija (Zagreb), il doit être enregistré sous le nom de son frère aîné pour avoir l’autorisation de jouer. Habile devant les buts, il devient avant-centre. Un an après, Bobek reçoit le Prix du meilleur joueur du tournoi ASK.

Lire la suite

Transferts: Milos Krasic a enfin signé à la Juve

C’est officiel depuis ce matin, le milieu de terrain international serbe Milos Krasic, qui évoluait au CSKA Moscou, vient de signer à la Juventus de Turin contre un chèque de 15 millions d’euros, soit le plus gros montant dépensé pour un joueur par un club italien cet été.

Après des semaines de négociations infructueuses, et alors que son agent déclarait il y a encore deux jours que les discussions étaient dans l’impasse, l’ailier serbe va enfin pouvoir poser ses valises à Turin, lui qui avait refusé un pont d’or de Fenerbahçe, puis repoussé les offres de clubs anglais. Joueur clé du club moscovite, Krasic avait livré un mondial contrasté, excellent contre l’Allemagne, hors-sujet contre le Ghana, et dramatiquement maladroit contre l’Australie.

Krasic le nouveau Nedved? (calciomercato)

Du côté de la Juve, après Pepe, Martinez, Bonucci, Krasic est le 4e joueur à débarquer chez les Bianconeri, engagés dans une ambitieuse opération de reconquête et de rajeunissement. Le marché n’est pourtant pas terminé puisque, outre Ledesma de la Lazio, et Nicolas Burdisso de l’Inter (que la Roma n’a pas les moyens d’acheter définitivment et qui a engagé son jeune frère), l’affaire du moment concerne Diego et Edin Dzeko. Wolfsburg a fait une offre pour le stratège brésilien qui a échoué en Italie. Les dirigeants italiens aimeraient en profiter pour tenter une dernière fois d’arracher le buteur bosniaque aux Allemands. Une négociation difficile s’annonce.

Dans le reste de l’actualité des transferts, la presse annonce que Milan Bisevac devrait rejoindre le PSG, ce qui est pourtant loin d’être fait puisque le club parisien n’a aucun budget, et que le président de Valenciennes a fixé jusqu’à lundi prochain aux parisiens pour s’activer.

Quant à Zlatan Ibrahimovic, il devrait finalement rester en Catalogne encore une saison, le Milan AC n’étant pas en mesure de passer des mots aux actes avec le joueur.