Archives de Catégorie: tennis

Coupe Davis: Menace sur la Beogradska Arena, quel cirque!

Dimanche dernier, la Serbie s’est qualifiée pour la première finale de Coupe Davis de son histoire. Une victoire inespérée dans la Beogradska Arena, après la première défaite de Viktor Troicki, et celle du double Djokovic-Zimonjic, ce dernier étant pourtant n°3 mondial du double.

Le héros du jour Tipsarevic, porté en triomphe par le clan serbe (AFP/Andrej Isakovic)

Pourtant, porté par un public en fusion, c’est Janko Tipsarevic qui a envoyé les siens en finale, en battant coup sur coup Stepanek et Berdych lors des deux simples, avec une victoire d’un Djokovic épuisé et malade entre-temps. (voir la balle de match de Tipsarevic).

On commençait déjà, en France et en Serbie, à deviser sur cette finale, et surtout à évoquer le bouillant public serbe, déjà très connu pour ses démonstrations de force en basket ou en football notamment. Guy Forget soulignait qu’il faudrait être mentalement au top pour résister à cette pression, tandis que sur son site, RMC sport titre même « Belgrade, ça fait peur ».

C’était sans compter sur un détail que nous rappellent les sites srbijasport.com et sportske.net, à savoir qu’il n’est pas  sûr aujourd’hui que la finale puisse se jouer à la Beogradska Arena.

Pour résumer, la Beogradska Arena est louée du 24 au 28 novembre au Cirque du Soleil. Or, la fédération internationale de Tennis exige que les joueurs puissent commencer à s’entraîner à partir du 29. Dans ces conditions, la seule surface envisageable pour être prêt du jour au lendemain, est le dur. Las, c’est la surface privilégiée des Français, alors que les Serbes veulent jouer sur terre battue, là où Novak Djokovic est souverain.

Pourrait-on jouer ailleurs? Non. Le règlement de l’ITF est clair: il faut une salle d’au moins 10.000 places, dans une ville avec un aéroport, et les délais ne sont pas négociables non plus. Or, la Beogradska Arena est la seule salle de ce genre en Serbie.

Un sacré casse-tête en perspective pour la fédération serbe de tennis, les exploitants de la salle, et le Cirque du soleil. Il est clair qu’à l’époque où la salle a été louée, nul ne pouvait imaginer que les Serbes, qui n’avaient jamais passé le 1er tour de Coupe Davis, iraient jusqu’en finale, à domicile qui plus est.

Aucune décision n’a encore été prise, mais il est clair que la perspective de jouer sur surface dure face à Jo-Wilfrid Tsonga, seul joueur français à mener aux confrontations avec Djokovic, n’enchante personne à Belgrade. Faire tous ces efforts, arriver en finale, et être contraint de jouer sur la surface privilégiée de ses adversaires, voilà un scénario confinant à l’absurde que tout le monde veut éviter en Serbie.

Publicités

Roland-Garros: Djokovic et Jankovic sauvent l’honneur

Bonjour à tous,

Le sport à la mode dans les Balkans, c’est le tennis. Il paraît même qu’en Serbie, on a vu les inscriptions des enfants en club augmenter de 80% ces dernières années sous l’effet Nole-Ana-Jelena. Les cours de tennis se construisent un peu partout avec des fonds privés, à commencer par l’académie de la famille Djokovic, pendant que les pouvoirs publics n’ont pas les moyens de rénover les salles de basket ou les terrains de football.

Pourtant, Cirstea et Hanescu pour la Roumanie, Cilic et Ljubicic pour la Croatie, Ivanovic pour la Serbie, tous ont chuté dès la première semaine de Roland-Garros. Une élimination dès le premier tour pour Cirstea, et une véritable fessée 6-3; 6-0 pour la belle Ana qui a décidément bien du travail devant elle pour redevenir ne serait-ce que la moitié de la championne qu’elle fut.

Dans les temps difficiles, il faut se tourner vers les valeurs sûres, c’est-à-dire les deux meilleurs joueurs des Balkans, Djokovic chez les hommes, et Jankovic chez les femmes.

Profitant d’un tableau très dégagé, Nole a écarté l’Américain Ginepri en quatre sets pour se qualifier en quart de finale. Un match à l’économie où le Serbe n’a pas franchement forcé son talent. Autant cette absence d’adversaire sérieux peut lui permettre d’économiser ses forces, autant elle peut poser un sérieux problème puisqu’il faudra être capable d’élever son niveau de jeu pour passer d’un match à l’autre d’un joueur quelconque à Rafael Nadal. Il suffira juste de se défaire de l’Autrichien Jürgen Melzer, un adversaire tout à fait à sa portée.

Pour Jankovic, même s’il a fallu se débarrasser de Bodarenko, et Hantchukova, classées dans le top 30, le tableau est également dégagé jusqu’à une éventuelle demi-finale contre Serena Williams.

Après sa victoire à Rome, Jelena Jankovic aura là une très bonne occasion d’accrocher un titre du grand Chelem, et rejoindre Ivanovic au palmarès.

Pour finir, un mot du tournoi de double où la paire serbe Nestor/Zimonjic, numéro 2 mondiale et double vainqueur de Wimbledon, s’est qualifiée sans problème pour les quarts de finale.

Il reste donc la possibilité de voir des balkaniques triompher dans toutes les catégories avec également la junior slovène Nastja Kolar.

La reconversion d’Ana Ivanovic

Bonjour à tous,

Si Ana Ivanovic demeure une des meilleures joueuses de tennis du monde, les méformes, blessures et peines de coeur qu’elle connait depuis deux ans l’ont éloignée du sommet de la WTA.

Si sa carrière est encore loin d’être finie comme en témoigne sa récente demi-finale au tournoi de Rome, la belle Ana, à l’instar d’Ana Kournikova, n’aura aucun mal à se reconvertir dans le mannequinat.

Rien que pour le plaisir, voici une vidéo du shooting du calendrier du magazine américain Sport Illustrated avec une Ana plus sexy que jamais.