Archives de Catégorie: Roumanie

Euro 2012: la Serbie sombre, le Monténégro régale, la Bosnie n’avance pas

Pour ses débuts à la tête de la sélection serbe, Vladimir Petrovic Pizon ne s’attendait probablement pas à une telle désillusion. Après un premier match nul concédé à domicile contre la Slovénie le mois dernier pour la dernière sortie de Radomir Antic, les Aigles Blancs de Serbie ont cette fois-ci baissé pavillon au Partizan stadiom contre la très modeste équipe d’Estonie, pourtant atomisée 7-0 l’année dernière en Bosnie-Herzégovine.

Après une première mi-temps stérile, les Serbes pensaient avoir fait le plus dur en ouvrant la marque par Zdravko Kuzmanovic. Las, Kink égalisait quelques instants plus tard pour l’Estonie d’une frappe de loin que sur laquelle Stojkovic n’esquissait pas le moindre geste. Pire encore, alors que les Serbes se ruaient à l’attaque, c’est Vassilijev qui donnait l’avantage aux Estoniens d’un tir de 20 mètres. Malgré pas moins de 10 tirs cadrés, les Serbes ne parvenaient pas à égaliser, et s’énervaient. Et puisqu’il était écrit qu’ils boiraient le calice jusqu’à la lie, Aleksandar Lukovic marquait contre son camp dans les derniers instants suite à une mésentente avec son gardien (voir la vidéo).

 

Les Serbes se sont ridiculisés chez eux contre l'Estonie (Blic)

 

Une soirée très moche pour les Serbes qui se mettent dans une position délicate dans ce groupe C avec seulement 4 points en trois matchs et un déplacement à venir en Italie, qui devra reprendre les points laissés en route à Belfast.

Dans ce même groupe, les Slovènes n’ont fait qu’une bouchée des Iles Féroé avec notamment un triplé de Matavz pour une victoire finale 5-1, et se replacent au milieu du classement.

De leur côté, les Monténégrins de Zlatko Kranjcar volent d’exploit en exploit. Après leur victoire en Bulgarie le mois dernier, c’est la Suisse qui a mordu la poussière ce vendredi soir à Podgorica, malgré la présence du jeune crack Xherdan Shaqiri dans les rangs de la Nati. Une troisième victoire consécutive, 1-0 grâce à la star locale Mirko Vucinic, et les Monténégrins, malgré l’absence du crack Stevan Jovetic, se posent comme le plus sérieux rival de l’Angleterre dans le groupe G avant le match de mardi à Wembley, précisément entre l’Angleterre et le Monténégro.

 

Mirko Vucinic, l'homme à tout faire du Montenegro (Getty images / UEFA)

 

Dans le même groupe, la Bulgarie, définitivement sans Berbatov, mais avec Matthaus sur le banc, s’est rassurée en allant battre le Pays de Galle à Cardiff, grâce à un but de Popov au retour des vestiaires.

Signalons dans le groupe B la victoire sans souci de la Macédoine en Andorre 2-0, qui ne permet malheureusement pas aux coéquipiers de Goran Pandev de décoller dans ce groupe B où trois sélections (Russie, Slovaquie, Irlande) comptent 6 points.

Quant à la Grèce, elle a assuré le service minimum 1-0 contre la Lettonie sans convaincre personne, et se place ainsi en tête du groupe F, en attendant le match de samedi opposant Israël  à la Croatie.

Enfin, dans le groupe de l’équipe de France, pas de vainqueur entre l’Albanie et la Bosnie-Herzégovine malgré la domination des Bosniens, puisque les Albanais, fidèles à leur réputation d’impuissance offensive, n’ont tiré qu’une seule fois au but. Suffisant donc pour conserver la tête du groupe devant le Belarus qui n’a pu faire mieux qu’un minable 0-0 au Luxembourg. Quant à la Bosnie, elle ne se relance pas après sa défaite contre la France, et il faudra être nettement plus efficace offensivement pour s’assurer l’une des deux premières places du groupe. Il suffira donc aux Bleus de l’emporter demain contre la Roumanie pour prendre la tête du groupe.

 

Zvjezdan Misimovic n'a pas suffi pour battre l'Albanie (sportsport.ba)

 

Publicités

Euro 2012: très bons débuts pour les sélections balkaniques

Après un Mondial globalement décevant pour les sélections des Balkans, tout le monde est revenu sur le terrain ce vendredi soir pour la première journée des qualifications pour l’Euro 2012 en Pologne et Ukraine.

Avec seulement 14 tickets , la course au précieux sésame s’annonce plus serrée que jamais avant le passage à 24 en 2016. On peut donc se réjouir du bon départ pris par la plupart des sélections balkaniques, avec de belles victoires et et de bons résultats à l’extérieur.

Avec le sorcier Hiddink à leur tête, les Turcs avaient à cœur de repartir de l’avant, après s’être fait souffler la place de barragiste par la Bosnie. C’est chose faite dans un premier match relativement facile au Kazakhstan, avec une victoire 3-0 à la clé, une différence de but appréciable qui leur permet de devancer l’Allemagne, qui a battu la Belgique, au soir de la première journée.

Dans le Groupe B, la bonne performance du soir est à mettre au crédit de la Macédoine de Goran Pandev qui est allée chercher un bon match nul et vierge en Slovaquie, bonne surprise du dernier Mondial. Dans un groupe où la Russie et l’Irlande font figure de favoris, les Macédoniens ont peu de chance d’aller au bout, mais leurs progrès sont constants.

Dans le Groupe C, les Serbes, attendus au tournant après leur Mondial décevant, et sans Radomir Antic suspendu, ont plié leur match rapidement aux Iles Féroé avec deux buts dans les 20 premières minutes par Lazovic et le capitaine Dejan Stankovic. Nikola Zigic a clôt la marque en fin de match. La Serbie prend donc la tête de son groupe devant l’Italie, difficile vainqueur de l’Estonie à Talinn. En revanche, grosse contre-performance de la Slovénie dans ce groupe, puisque les hommes de Matjaz Kek se sont inclinés sur leur terrain 1-0 contre l’Irlande du Nord, la toute première défaite des Slovènes sur leur terrain de Maribor.

Pjanic attend de pied ferme les Français pour un match déjà décisif (Reuters)

Dans le Groupe D, celui de la France, la Bosnie-Herzégovine s’est clairement posée en favorite du groupe, en s’imposant avec autorité au Luxembourg 3-0, score acquis au bout de 17 minutes avec des buts d’Ibricic, Pjanic sur coup-franc, et Dzeko. Profitant de la défaite française à domicile contre une Biélorussie plus joueuse que certains l’attendaient, la Bosnie pourrait compter 6 points contre 0 à la France en cas de victoire mardi prochain, autant dire un écart très intéressant déjà en vue de la qualification. Dans l’autre match balkanique du groupe, la Roumanie a été tenue en échec par l’Albanie, ce qui confirme les tendances à la baisse du football roumain aperçu lors des derniers éliminatoires, et le rattrapage progressif des Albanais qui ont arraché l’égalisation dans les dernières secondes par Muzaka.

Dans le Groupe F, la Croatie se remet petit à petit de sa terrible désillusion du printemps dernier, et c’est la Lettonie qui en fait les frais, séchée sur son terrain 3-0, décidément le score de la soirée. Les gâchettes croates Olic et Petric y sont allées de leur but, tandis que Srna a conclu la marque en seconde période. Un résultat positif pour les Croates dans un groupe facile où seule la Grèce semble être en mesure de la gêner pour la qualification, à condition de faire bien mieux que le piteux match nul concédé à domicile face à la Géorgie, sauvé par Spiropoulos.

Pour finir, il faut saluer la belle victoire du Monténégro à domicile contre le Pays de Galles, grâce à un but de la star de la Roma Mirko Vucinic, tandis que dans l’autre match du groupe, la Bulgarie continue de s’enfoncer, avec cette correction reçue en Angleterre 4-0 avec un triplé de Jermaine Defoe, de quoi regretter encore davantage la retraite sportive de Dimitar Berbatov.

Transferts: la Juve entre Dzeko et Krasic, Vidic en attente, la Fiorentina se yougoslavise

Retrouvez dès maintenant « Le sport balkanique, talents, exploits, corruption« , la nouvelle publication du Courrier des Balkans.

La Coupe du monde a considérablement ralenti le volume des affaires en ce début de mercato. Ajoutez à cela des clubs endettés qui anticipent les mesures de fair play financier de l’UEFA en vigueur dans trois ans, et la crise économique qui réduit les recettes, et vous obtenez un marché atone, où chacun attend que les gros poissons comme Manchester City ou le Barça dégainent les premiers avant de bouger une oreille.

Dans cette atmosphère difficile, la Juventus Turin a pris les devant pour ne pas revivre une saison en enfer, avec des réserves financières conséquentes malgré les 50 millions cramés l’année dernière pour le boucher Felipe Melo et le décevant Diego. Avec l’arrivée de Del Neri sur le banc, c’est le retour au bon vieux 4-4-2 avec de vrais ailiers. Salihamidzic et Camoranesi étant trop vieux, la Juve a acquis Pepe et Martinez, deux habitués du Calcio. Pourtant, le premier choix de la Vieille Dame sur la droite était Milos Krasic, le serbe du CSKA Moscou, présenté comme le sosie et le successeur de Pavel Nedved.

Seulement voilà, le CSKA s’est montré gourmand en demandant plus de 15 millions d’euros, et surtout, la fédération italienne de football a pris tout le monde de cours en annonçant que les clubs n’auraient le droit de signer qu’un seul joueur extracommunautaire par saison (contrainte que les amateurs de Football Manager connaissent bien).

Or, la Juve a terriblement besoin d’un avant-centre prolifique parce que Iaquinta, Amauri ce n’est pas sérieux, Del Piero a 36 ans, et Trézeguet n’en finit plus de se blesser. La nouvelle direction bianconera a donc fait du buteur bosniaque Edin Dzeko sa priorité absolue, malgré les 40 millions demandés par Wolfsburg pour lâcher son joyau. Le problème, c’est que la Juve n’a pas un tel trésor de guerre, et que l’heure est au dégraissage (Zebina, Tiago, Poulsen, Grosso, Camoranesi, Sissokho, Grygera sont plus ou moins sur le départ, à quoi s’ajoute Cannavaro, déjà parti, tandis que Diego pourrait quitter le club en cas de bonne offre vu que le 4-4-2 de Del Neri n’est pas vraiment fait pour lui) afin de récupérer des marges de manoeuvre.

En plus, Dzeko est très demandé puisque le Bayern, Chelsea et les deux clubs de Manchester sont également sur le coup, et quand on connaît la puissance financière de City, on se dit que la Juve va avoir fort à faire pour un joueur dont le jeu irait parfaitement avec la Premier League.

Le cas Dzeko semble donc difficile à régler, et les Bianconeri pourraient se retourner vers Krasic en tant que recrue extracommunautaire d’autant que le joueur ne cesse de clamer qu’il ne veut aller qu’à la Juve, malgré l’énorme offre de Fenerbahçe, et l’intérêt réel de Manchester United et de l’Inter Milan. Dès lors, il faudrait chercher ailleurs un avant-centre, en particulier du côté de Diego Forlàn, qui présente l’avantage d’être deux fois moins cher, mais l’inconvénient d’avoir déjà 31 ans, pas l’idéal quand on veut rajeunir un effectif.

Enfin, pour remplacer Grosso, la Juve avait coché le nom du latéral serbe de la Lazio Aleksandar Kolarov, que Mourinho avait tenté de faire venir à l’Inter en janvier, sans succès. Proche du Real Madrid, puis de l’Inter Milan, il semble finalement que seuls les pétrodollars de Manchester City ont été en mesure de convaincre le difficile président Lotito de lâcher son joueur, contre un chèque d’environ 20 millions d’euros selon le site calciomercato.

Du côté de City, on cherche désormais un attaquant pour compléter la ligne d’attaque composée de Tevez et  Adebayor, puisque Santa Cruz devrait partir (Allemagne?), ainsi que Robinho, dont un échange avec Ibrahimovic plus une somme d’argent est envisageable. Le problème, c’est que d’un côté, seuls Chelsea et City ont les moyens de se payer Zlatan, mais de l’autre, il ne veut pas bouger de Barcelone malgré l’arrivée de David Villa. Quoi qu’il en soit, Mancini fait actuellement le forcing pour enrôler Mario Balotelli, l’insupportable crack de l’Inter, que le président Moratti a pourtant déclaré intransférable il y a deux jours. En désespoir de cause, il y aura donc Dzeko. Voilà pourquoi il est urgent pour la Juve de pouvoir faire une offre rapidement au club allemand, avant que City ne se mêle du cas.

Le cas de Nemanja Vidic est tout aussi épineux. On sait de longue date que le roc serbe n’entretient pas les meilleures relations du monde avec Sir Alex Ferguson, qui vient de recruter le jeune Smalling en défense centrale. Par ailleurs, l’éventuel replacement de Pepe au milieu de terrain par Mourinho libère du même coup une place dans la défense centrale du Real Madrid. Selon certains médias serbes, un accord aurait même été trouvé entre le joueur et la Maison Blanche avant le mondial, à charge aux clubs de se mettre ensuite d’accord. Après Leon, Di Maria et Canales, le Real doit maintenant penser à soigner sa défense, et c’est là que Mourinho est attendu sur le marché.

Cependant, il faut être prudent. Mourinho entend replacer Sergio Ramos dans l’axe de la défense. Quant au milieu de terrain, il est déjà fourni avec Diarra, Xabi Alonso et Gago, ce qui maintiendrait Pepe dans l’axe de la défense. La seule possibilité serait que personne n’arrive au poste de latéral droit alors que Maicon est en train d’aller au clash avec l’Inter pour suivre Mourinho. Bref, le sort de Vidic dépend en fait du replacement de Ramos dans l’axe ou pas. Si Maicon ne vient pas, Ramos restera à droite et il y aura une place dans l’axe. Sinon, il faudra qu’un des milieux de terrain (Diarra) quitte le club. Chaises musicales toujours…

Du côté de la Fiorentina, on se yougoslavise fortement avec l’arrivée sur le banc de Sinisa Mihajlovic. Celui-ci récupère un effectif où figurent déjà Avramov, le 3e gardien, mais surtout, le crack monténégrin Stevan Jovetic, suivi par Barcelone, le jeune crack serbe Adem Ljajic, arrivé en janvier dernier, ainsi que la perle bosniaque Haris Seferovic, 17 ans, champion du monde des moins de 17 ans avec… la Suisse.

A ces joueurs pourraient bientôt s’ajouter le latéral gauche serbe de l’Udinese Aleksandar Lukovic, titulaire à la place de Kolarov pendant le Mondial, voire Gojko Kacar, le très polyvalent milieu de terrain serbe du Hertha Berlin, relégué en deuxième division allemande, aujourd’hui courtisé par plusieurs formation allemandes. Kacar avait déjà failli signer à Florence il y a deux ans lorsque Prandelli évoluait avec trois milieux de terrain, mais le retour à un schéma à deux milieux de terrain avait condamné l’affaire.

En outre, la Viola a assuré ses arrières en faisant signer pour la saison prochaine le très prometteur Matija Nastasic, défenseur central serbe de 17 ans, déjà incorporé dans l’effectif pro du Partizan Belgrade, et présenté comme le futur Vidic. La puissance offensive de la Viola pourrait en revanche signifier la mise à l’écart d’Adrian Mutu, toujours suspendu suite à un contrôle positif en janvier dernier. Agé de 31 ans, et disposant d’un contrat très avantageux, le Roumain n’est plus vraiment en odeur de sainteté chez les Della Valle, propriétaires du club. Peut-être un dernier transfert dans le Golfe lui permettrait-il de rembourser une partie des 17 millions d’euros qu’il doit verser à Chelsea? Toujours est-il que cette suspension le rend invendable cet été, et qu’il faudra donc attendre le mercato d’hiver pour régler la question.

On l’a vu, il faut que les gros bougent pour que tout se déclenche. Peut-être Chelsea va-t-il faire un geste pour Ibrahimovic, mais rien n’est moins sûr dans le système d’Ancelotti. Donc, c’est de Madrid, de Barcelone, et plus sûrement de Manchester City que commencera le vrai jeu des chaises musicales.

Coupe du monde 2010: le titre pour les supportrices balkaniques (suite)

Retrouvez dès maintenant « Le Sport dans les Balkans: talents, exploits et corruption », la dernière publication du Courrier des Balkans

Suite de notre classement des plus belles supportrices balkaniques. Nous nous étions quittés sur Miss Slovénie, venue avec ses copines soutenir l’équipe nationale.

Reprenons donc avec les 10 lauréates.

– A la 10e place, cette jolie Roumaine qui regarde Mutu tirer un penalty contre Buffon à l’Euro 2008. Las, il le loupe, se fait suspendre pour dopage, et doit rembourser 17 millions à Chelsea. La drogue, c’est de la merde Adrian…

– A la 9e place, cette charmante supportrice grecque a emmené avec elle son appareil photo. Malheureusement, pour voir de belles actions des joueurs grecs, c’est plutôt vers les parquets de basket qu’il faut se tourner.

– A la 8e place, nous demandons solennellement à Goran Pandev de faire tout son possible pour qu’un jour la Macédoine participe à une compétition internationale. Il faut dire qu’un tel coucher de soleil, c’est que du bonheur

– A la 7e place, il faut bien se consoler comme on peut de l’élimination de la Serbie

– A la 6e place,  on retrouve une amie croate, dont Slaven Bilic a cru bon de devoir nous priver. Petite astuce, il y a les mêmes pour les matchs de handball, où la Croatie est dans les meilleures du monde.

– A la 5e place, il y a peut-être une chance de voir mademoiselle lors du prochain Albanie-France de septembre 2011. Tous à vos accréditations!

– A la 4e place, ce qu’on aime quand on va voir un match sur Trg Republike à Belgrade, c’est de voir ça. Juste magnifique.

– A la 3e place, à égalité du jury, la Bosnie, pour sa valeureuse campagne de qualification, achevée sur les poteaux du stade de la Luz.

– Sur la 2e marche du podium, encore et toujours des regrets éternels pour nos amies croates, décidément très bien représentées dans ce classement.

– Enfin, pour voir un jour la grande gagnante, il faudra prier le ciel pour que Stevan Jovetic et Mirko Vucinic guident le petit Monténégro vers les sommets. Une seule monténégrine dans ce classement, mais quelle monténégrine!

Si avec ça les Balkans ne sont pas champions du monde des supportrices, c’est à n’y plus rien comprendre.

Encore que nos amies polonaises ne sont pas mal non plus. En voici quelques-unes, juste pour la beauté du geste.

A lundi, pour un bilan Mondial dans le Courrier des Balkans.

Coupe du monde 2010: le titre pour les supportrices balkaniques

Retrouvez dès maintenant « Le sport dans les Balkans: talents, exploits et corruption », la dernière publication du Courrier des Balkans.

Certes, les trois sélections balkaniques (Grèce, Slovénie, Serbie) ont été éliminées au premier tour de la Coupe du monde, avec plus ou moins de panache, plus ou moins de chance et plus ou moins de mérite.

Mais il reste un domaine dans lequel la région balkanique possède plusieurs championnes du monde en puissance, celui des supportrices.

A vrai dire, si l’on organisait une Coupe du monde des supportrices, ce ne sont pas trois, mais dix pays balkaniques qui disputeraient le titre aux brésiliennes, argentines, hollandaises et autres italiennes.

Voici donc le Top 20 des plus belles supportrices de football balkaniques, avec aujourd’hui, celles classées de la 20e à la 10e place.

– A la 20e place du classement, cette malheureuse supportrice grecque qui voit son équipe quitter la Coupe du monde sans avoir essayé d’en sortir par le haut.

– A la 19e place, quand on pense qu’on aurait pu voir ça en tribune si les joueurs croates n’avaient pas déconné.

– A la 18e place, cette jolie roumaine, aperçue lors de l’Euro 2008, devrait réapparaître lors de Roumanie-France. Enfin une bonne raison de voir un match de l’équipe de France

– A la 17e place, qu’on se rassure, malgré leurs piètres prestations, les Bulgares ont encore du soutien. Avec la retraite annoncée de Berbatov, ce ne sera pas de trop

– A la 16e place, deux supportrices serbes, encore convaincues que Milos Krasic sait viser.

– A la 15e place,  l’Albanie est un pays d’avenir, la preuve

– A la 14e place, les Turcs avaient mis les petits plats dans les grands après leur Euro 2008. La Bosnie en a décidé autrement, dommage.

– A la 13e place, la Bosnie parlons-en justement. Quiconque est allé voir un match de l’équipe de Bosnie à Zenica connait la puissance des Fanaticos BIH, les Ultras qui suivent la sélection. Ils ont aussi quelques représentantes…

– A la 12e place, on en veut toujours beaucoup aux Croates de manquer ça. Mais qu’est-ce qu’ils ont foutu??? Le terrain était-il trop bosselé?

– A la 11e place, les Slovènes ont été 12.000 à faire le déplacement en Afrique du Sud, soit 0,6% de la population totale. Miss Slovénie, Mirela Korac, était là aussi avec quelques copines

La suite de ce classement demain, avec les 10 gagnantes.

Adrian Mutu va devoir payer Chelsea

En temps normal, les clubs paient des fortunes pour attirer les meilleurs joueurs. Là, c’est un joueur qui va devoir payer un club, et pas qu’un peu puisque Adrian Mutu va devoir régler la coquète somme de 17 millions d’euros aux Blues de Chelsea.

Les faits remontent à 2004. A cette époque, Mutu est un crack, il vient de dynamiter les défenses de Série A avec son compère d’attaque à Parme, Adriano (voir la vidéo). Les nouveaux riches de Chelsea flairent la bonne affaire et sortent le chéquier à l’été 2003. Une saison honnête plus tard, Mutu le fêtard est contrôlé positif à la cocaïne, ce qui entraîne une rupture de son contrat avec Chelsea. Depuis lors, les Blues réclament au Roumain la somme de 17,2 millions d’euros de dédommagement pour les pertes occasionnées.

Il faut dire qu’après sa suspension, Mutu s’est refait la cerise à la Fiorentina après un passage difficile à la Juve. Très apprécié en Toscane, il a été plusieurs fois sollicité par le Real et la Roma.

Aujourd’hui, la Cour fédérale de Suisse a rejeté l’appel formulé par Mutu contre les décisions de la FIFA et du Tribunal Arbitral du Sport de Lausanne, qui ont jugé légitime la requête de Chelsea.

Ansa / Gazzetta dello Sport

Par conséquent, Mutu, qui purge depuis janvier une peine de neuf mois de suspension pour une histoire bizarre de dopage, va devoir payer non seulement les 17,2 millions d’euros, mais aussi 5% d’intérêts supplémentaire,  comme en a décidé le TAS.

D’après son conseil Victor Becali, il n’est pas impossible que Mutu porte désormais l’affaire devant la Cour Européenne des Droits de l’Homme de Strasbourg pour obtenir gain de cause.

Triste fin de carrière pour un joueur sans doute passé un peu à côté de la sienne. Mutu, le Guti roumain?

Une semaine de sport entre succès et infortunes

Bonjour à tous,

On avait laissé le sport balkanique avec un match héroïque du KK Partizan Belgrade en demi-finale de l’Euroleague, la victoire du FK Partizan Belgrade dans le derby de Belgrade en Superliga, un abandon sur blessure de Novak Djoković dans son propre tournoi ATP de Belgrade, et un retour intéressant au premier plan de Jelena Janković, finaliste à Rome. La fin des compétitions approchant, la semaine écoulée a une nouvelle fois été riche en actualité sportive pour les Balkans.

Que ce soit le Partizan Belgrade en football et water polo, les handballeuses roumaines CS Oltchim Valcea, la jeune judokate kosovare Majlinda Kelmendi ou encore Jelena Jankovic, la semaine des clubs et sportifs balkanique a été chargée et plutôt fructueuse.

Voici des images des deux demi-finales du Final Four de water polo qui ont opposé le Partizan aux Italiens du Pro Recco de Gênes (ici), et les Monténégrins du Primorac Kotor, tenants du titre, contre le Jug Croatia de Dubrovnik (ici). En finale, Pro Recco s’imposera 9-3 contre Primorac.

En handball féminin, Gorica Acimovic et Bojana Popovic ont remporté la Ligue des Champions avec le club danois de Viborg, contre les Roumaines de Valcea, malgré un match retour au panache de Valcea et un public survolté, comme on peut le voir sur cette vidéo de la fin du match.

Quant à Majlinda Kelmendi, à tout juste 18 ans, elle a battu avec la manière l’Espagnole Carrascosa, ancienne championne d’Europe, dans la finale du Grand Prix de Tunis de judo, et remporté la première médaille d’or du Kosovo. Comme on peut le voir sur cette vidéo de la finale, Kelmendi ne concourt pas pour l’Albanie ni pour le Kosovo, mais avec l’acronyme IJF dans son dos, c’est-à-dire International Judo Federation.

Pour le reste, je vous renvoie à cet article publié aujourd’hui dans le Courrier des Balkans.