Euro 2012: les hooligans serbes gâchent la fête à Gênes

Les incidents en marge de la Gay Pride n’avaient pas suffi pour les hooligans serbes. Ce mardi soir, en marge de la rencontre Italie-Serbie, certains des 1300 « supporters » serbes ont une nouvelle fois fait parler d’eux.

En fin d’après-midi, ils ont commencé par caillasser le bus de leurs propres joueurs, menaçant notamment le gardien Vladimir Stojkovic qui n’a pas pu pénétrer sur le terrain et n’avait pas été aligné ce soir à cause de ces menaces.  Dès leur entrée dans le stade, les hooligans serbes ont multiplié les provocations et des fumigènes ont été lancés vers les tifosi italiens. (comment peut-on rentrer dans un stade avec fumigènes et couteaux?)

Dans le virage serbe, des hommes cagoulés coupent les filets de sécurité, des  banderoles à caractère nationaliste font leur apparition, comme les chants sur le Kosovo, tandis que les forces de l’ordre prenaient position sous le virage. Les appels au calme de Dejan Stankovic n’y ont rien changé.

 

La star de la soirée, bonjour tristesse (Ansa/gazzetta)

 

La partie a commencé avec 35 minutes de retard et a duré à peine 7 minutes avant que plusieurs pétards n’explosent tout près du gardien italien Viviano, et que l’arbitre ne décide de suspendre la rencontre. Après plusieurs minutes de discussion entre les gens de la sécurité, les délégués de l’UEFA et les joueurs serbes, l’arbitre de la rencontre a finalement décidé de mettre un terme à la rencontre.

« Je ne pouvais pas rester dans mes buts et avoir un oeil dans le dos pour vérifier qu’on ne me lançait pas de fusée. Je suis désolé pour le football, désolé pour les tifosi, et désolé pour les joueurs serbes » disait fataliste le gardien Viviano en zone mixte.

La mort dans l’âme, les joueurs italiens ont salué le malheureux public avant de rentrer aux vestiaires du stade Luigi Feraris, où trois joueurs de la Sampdoria se produisaient ce soir, et que la rencontre devait être dédiée aux soldats italiens décédés en Afghanistan.

« On ne peut pas jouer ce match » a répété en direct à la télévision Roberto Masucci, le responsable de la sécurité. Et tandis que les tifosi italiens quittaient dans le calme le stade, les caméras de la Rai restaient sur le virage serbe. A l’image, une jeune fille serbe de 15 ans, qui se demande ce qu’il se passe autour d’elle, et qui ne verra pas le match qu’elle était venue voir, par la faute d’une poignée d’irresponsables.

Quatre jours après une honteuse défaite à domicile contre l’Estonie, il semble que les supporters serbes aient décidé de ne pas laisser une seconde chance à leurs joueurs puisque la Serbie perdra probablement cette partie 3-0 sur tapis vert, rendant la qualification pour l’euro hautement hypothétique pour les Serbes.

Quant aux futures sanctions que l’UEFA prendra contre la Serbie, elles s’annoncent extrêmement sévères. « Le football serbe retourne à l’âge des ténèbres » conclue le journal Blic.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s