Carnet: Stjepan Bobek décédé à l’âge de 86 ans

Une légende du football yougoslave a disparu ce dimanche. D’après les informations de l’agence de presse Tanjug, Stjepan Bobek est décédé à Belgrade à l’âge de 86 ans.

Stjepan Bobek, meilleur joueur de l'histoire du Partizan Belgrade

Avec cette perte, c’est tout le football yougoslave qui se retrouve orphelin de son historique meilleur buteur. A sa mémoire, voici l’hommage que lui rend le Partizan Belgrade sur son site internet ce matin, avant, probablement un hommage des Grobari et du club ce dimanche soir, lors du match de championnat contre Hajduk (voir le lien), ainsi que le portrait que la rédaction du Courrier des Balkans lui a consacré dans son cahier sport, qui retrace les plus grandes heures du sport balkanique.

Stjepan Bobek nait à Trnja dans la banlieue de Zagreb le 3 décembre 1923. Recruté alors qu’il n’a que 12 ans par le club de Viktorija (Zagreb), il doit être enregistré sous le nom de son frère aîné pour avoir l’autorisation de jouer. Habile devant les buts, il devient avant-centre. Un an après, Bobek reçoit le Prix du meilleur joueur du tournoi ASK.

En 1942, il entre dans le plus célèbre club de Zagreb de l’époque, le Gradanski, avant  d’être appelé à rejoindre le KNOJ de Zagreb (le Corps de la défense populaire yougoslave) en mai 45. Bobek revêt alors l’uniforme des Partisans, mais son engagement se limite au terrain. À Belgrade, le sommet de la hiérarchie militaire nationale décide de former le Partizan, dont l’équipe sera composée des meilleurs éléments des KNOJ de chaque capitale des républiques yougoslaves. Bien sûr, Stjepan Bobek est appelé.

Il y reste de 1945 à 1958, période durant laquelle il écrit sa légende. Lors d’une rencontre à Krusevac le 8 juin 1946 gagnée 10-1 par le Partizan, Bobek trouve 9 fois le chemin des filets, record mondial de buts inscrits en un match. En treize saisons au Partizan et 466 matchs, il  a marqué 413 buts, soit 0,89 par match, une moyenne exceptionnelle surtout sur une telle durée.

Sa première convocation en équipe nationale remonte à 1946. Avec 38 buts à son actif, il reste le meilleur buteur de la sélection yougoslave. Pendant longtemps, il a aussi détenu le record du nombre de capes en équipe nationale (63). Il a notamment fait partie de l’équipe de 1952 médaillée d’argent aux JO d’Helsinki, considérée comme la meilleure équipe yougoslave de tous les temps.

Le 22 juillet 1952, Stjepan Bobek devient le héros de toute la Yougoslavie, marquant de son empreinte un match légendaire gagné 3-1 contre l’URSS. Après la rupture de 1948, cette rencontre revêtait un véritable enjeu politique et Tito remit à chaque joueur 500 dollars. D’un commun accord, les footballeurs choisirent de partager équitablement le pactole avec les rameurs de l’équipe d’aviron et les joueurs de water-polo qui gagnaient moins qu’eux.

Stjepan Bobek prend sa retraite sportive à l’âge de 36 ans. Il entame ensuite une carrière d’entraîneur. Trois saisons de suite (1961, 62, 63), il mène le Partizan au tire de champion de Yougoslavie. Il gagnera ensuite deux titres de champion de Grèce et une Coupe nationale avec le Panathinaikos. En 1995, il a reçu le titre de « plus grand joueur du Partizan de tous les temps ».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s