En Suisse, un Albanais peut en cacher un autre

La Suisse vient de créer la plus grosse sensation de ce début de tournoi en battant le grandissime favori espagnol. Cette escalade de l’Everest à mains nues était pourtant d’autant plus difficile que les Suisses devaient se passer du buteur Alexander Frei, et du milieu de terrain d’origine albanaise Valon Behrami.

Cependant, Behrami n’est plus le seul joueur originaire du Kosovo à porter le maillot de la Nati. En effet, à la surprise de beaucoup, Ottmar Hitzfeld a convoqué dans les 23  le jeune Xherdan Shaqiri, un crack de 18 ans évoluant au FC Bâle.

Né à Gjilane, au Kosovo en 1991, Shaqiri débarque en Suisse enfant, et impressionne rapidement les recruteurs du FC Bâle par ses facilités techniques et ses capacités physique malgré un petit gabarit (1,69m).

Grâce à ses qualités d’explosivité, et à son centre de gravité bas, il peut, comme Messi, déséquilibrer ses adversaires et créer le danger dans les défenses. Joueur polyvalent et doté d’une grosse frappe de balle, il peut jouer aussi bien à gauche qu’à droite, et même en position de latéral. (voir la vidéo)

Shaqiri fait partie de cette jeune génération de footballeurs suisses originaires de Yougoslavie, notamment les récents champions du monde des moins de 17 ans Haris Seferovic, qui a rejoint la Fiorentina, Patjim Kasami, qui après les équipes de jeunes de Liverpool et de la Lazio, vient de s’engager à Palerme, Sead Hajrovic qui a signé à Arsenal, le capitaine Frédéric Vesely dont le transfert à Manchester City a fait jaser du côté de Lausanne, Granit Xhaka du FC Bâle, ou encore Igor Mijatovic du AC Bellizona.

Si l’on ajoute à cela le milieu international Blerim Dzemaili de Parme et Mario Gavranovic, 20 ans, qui vient de signer à Schalke 04, on obtient une équipe suisse très fortement influencée par la vague récente de migration originaire de Yougoslavie, en particulier de Bosnie et du Kosovo.

On observe d’ailleurs un phénomène assez similaire avec les sélections  de jeunes au Luxembourg, avec le plus célèbre d’entre eux à l’époque, Miralem Pjanic.

Reste maintenant à savoir, pour ceux qui n’ont encore aucune sélection en équipe A, s’ils joueront pour la Suisse ou peur leur pays d’origine.De son côté, le crack Haris Seferovic a déjà fait savoir son désir de jouer pour la Bosnie-Herzégovine. Le challenge de jouer pour l’Albanie est évidemment moins excitant sportivement. Une chance pour la Suisse.

Rendez-vous dans quelques années pour observer la nouvelle Nati.

Publicités

3 réponses à “En Suisse, un Albanais peut en cacher un autre

  1. Et Frédéric Veseli, le capitaine des moins de 17 ans – champions du monde en titre, vous l’avez laissé où ?

  2. Autant pour moi, je savais que j’en avais oublié un 🙂 merci pour votre vigilance

  3. Philippe Senderos… grandi à Genève portant un nom un peu espagnol dû à son père, la mère vient de Belgrade:-)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s