Il y a 41 ans disparaissait Radivoj Korac, l’un des plus grands basketteurs de l’histoire

Le 2 juin est un jour de deuil pour le monde du basket yougoslave. C’est le jour où il a perdu sa première idole, fauchée à 31 ans par un accident de la route à Sarajevo.

Un texte de Violette Pajovic et Simon Rico.

Radivoj Korać, dit le Rouquin, a été l’un des meilleurs basketteurs des années 1960. Dès ses débuts, le gaucher qui évoluera au poste d’ailier fort se caractérise par son intelligence, son génie, sa ruse et son dribble qui font de lui un scoreur de première classe. Lors d’un match junior, il inscrit même tous les points de son équipe !

Korać entame sa carrière pro à 19 ans à l’OKK Belgrade. Dès sa première saison, il termine meilleur marqueur du championnat, un titre qu’il obtiendra à sept reprises (1957, 58, 60, 62, 63, 64, 65), record inégalé. En 10 ans de ligue yougoslave, il inscrira 5.281 points pour une moyenne faramineuse de 32,7 points par match. Lors d’une rencontre de Coupe d’Europe qui oppose sa formation à l’Alvik Stockholm, Radivoj marque 99 points, un de moins que le mythique record de Wilt Chamberlain en NBA. Avec son club, il remporte tous les trophées nationaux, dont quatre championnats.

Autorisé à partir à l’étranger, il évolue un an au Standard de Liège, qu’il conduit au titre national en étant désigné meilleur joueur de l’Ethias League et finissant meilleur marqueur. L’année suivante, il rejoint Padoue où il termine meilleur marqueur du championnat italien 1969 avec 581 points.

Ses performances exceptionnelles en club lui valent d’enfiler le maillot yougoslave dès l’âge de vingt ans. Avec l’équipe nationale, il remportera une médaille d’argent olympique (1968), deux médailles d’argent mondiales (1963, 67), deux médailles d’argent européennes (1961, 65) et une de bronze (1963). Individuellement, il éclabousse de sa classe les parquets du monde entier, obtenant le titre de meilleur marqueur des JO 1960 et 1964 et des Championnats d’Europe 1961, 1963, 1965.

Le 2 juin 1969, alors qu’il rentre d’un match joué à Sarajevo, il se tue dans un accident de la route. Aussitôt, la fédération yougoslave décrète que plus jamais un match ne sera joué ce jour-là. Il est le premier sportif enterré dans lAllée des Grands du Nouveau cimetière de Belgrade, réservée à des personnalités nationales de 1er rang.

Disparu prématurément, Radivoj Korać aura marqué l’histoire du basket mondial. Dès 1972, la Fédération internationale de basket-ball lui rend hommage en créant une compétition européenne à son nom. En 2003, la Serbie-Monténégro change le nom de sa coupe nationale en Coupe Radivoj Korać. Quatre ans plus tard, il est élu membre du FIBA Hall of fame, le panthéon des basketteurs. Aujourd’hui, une rue de Belgrade et quatre clubs européens portent son nom.

Compte tenu de l’époque, les vidéos de ses exploits sont assez rares, en voici une qui lui rend hommage (cliquez ici).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s